infos

24  11  2008

Festival

Palestiniens et Algériens à l’honneur aux 22èmes JCC

Les Journées Cinématographiques de Carthage sont la plus ancienne manifestation cinématographique toujours active des pays du Sud. Créées en 1966, elles viennent de terminer leur 22ème édition, dans un esprit militant toujours renouvelé, au service des cinémas africain et arabe. La Méditerranée était cette année mise en valeur, avec une section consacrée au cinéma turc contemporain, une autre à l’Algérie et une troisième à la Palestine en ce 60ème anniversaire des événements de 1948 ; des hommages étaient également rendus à trois grands noms du cinéma africain : le réalisateur égyptien Yousef Chahine, son producteur le Français Humbert Balsan, et l’immense acteur burkinabé et malien Sotigui Kouyaté, toujours actif à 72 ans.

Si le film éthiopien TEZA déjà célébré à Venise en septembre s’est taillé la part du lion avec 6 prix (Tanit d’Or, prix du scénario, de l’image, du montage et de la musique et du meilleur second rôle masculin), les autres grands gagnants sont les cinéma palestinien avec « Leila’s Birthday » de Rashid Mashrawi (Tanit d’Argent, meilleur acteur), et « Le Sel de la mer » d’Anne-Marie Jacir (Prix Randa Chahell) - et algérien : Prix spécial du jury pour « La maison jaune » de Amor Hakkar et Prix de la 1ère œuvre à « Mascarades » de Lyès Salem (également récompensé par le Prix du Jury enfants et meilleur espoir féminin).

Les JCC étaient cette année dirigées par Dora Bouchoucha, fondatrice des ateliers Nomadis Ecriture, partenaires de Meda Films Development, un des 12 projets du Programme Euromed Audiovisuel II, qui organise cette semaine son dernier atelier de projets à Marrakech, dans le cadre du FIFM.