infos

12  09  2008

Financement

Un pas de plus vers un Fond de Soutien du cinéma libanais ?

Le Festival Ayyam Beirut Al-Cinama'iya, qui se déroulera du 16 au 26 octobre 2008, a lancé un appel à proposition de films dans le but de sélectionner un long métrage libanais, film de fiction ou documentaire, déjà en phase de production. Celui-ci obtiendra ainsi un financement grâce à un Fond de Soutien créé à partir d'une répartition des recettes réalisées par la vente des entrées du Festival.

Quel est le but d'une telle initiative de la part du Festival ? La réponse à cette question est qu'il s'agira-là d'un geste tout à fait symbolique: seulement un tiers des recettes provenant de la vente des entrées sera consacré au soutien de la production d'un long métrage libanais, film de fiction ou documentaire.

Etant donné que les billets d'entrée ne coûtent pas plus de 3500 livres libanaises, la somme collectée sera faible (plus ou moins autour de 1000 livres libanaises par proposition). Mais on espère ainsi encourager le Ministère de la Culture à imposer une taxe sur les revenus générés par le cinéma commercial. Une telle taxe, selon les organisateurs du festival, permettrait de financer une part significative d'un Fond de Soutien au cinéma libanais.

Personnes étant en droit de proposer un film
Les producteurs ou les réalisateurs libanais qui ont un long métrage en phase de production ou de post-production.

Modalités de proposition d'un film
Les candidats doivent envoyer un email avant le 1er Octobre 2008 à Ayam@beirutdc.org l'objet mentionnera "Support Fund", et ils adresseront en pièce jointe un synopsis (pas plus de 2 pages), une présentation succinte du budget et un paragraphe qui décrira l'état d'avancement de la production du film.

Procédure de sélection
Un jury examinera les candidatures et attribuera un tiers des recettes des ventes de billets du festival au candidat sélectionné lors de la soirée de clôture du festival le 26 octobre 2008.

Priorité sera donnée aux projets qui sont à un stade de production avancé.